foragePlusieurs Parcs naturels régionaux se trouvent actuellement confrontés à des autorisations d’exploration et de recherche de gaz de schiste sur leurs territoires.
Ces permis, qui ont été délivrés sans concertation préalable, soulèvent de nombreuses interrogations au sein des Parcs, et parmi les élus et acteurs concernés. Le travail de la mission sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux, lancée le 4 février 2011 par le Ministère chargé du Développement Durable et le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, renforcent les questions légitimes sur la délivrance de ces autorisations.

Lire la suite du communiqué de la Fédération des Pnr ...

A lire un article de LIAISON (janvier 2011) sur les projets de forage de prospection de gaz dz schiste en Ile-de-France. Le Pnr de la Haute Vallée de Chevreuse est concerné par un permis de recherche (voir la carte jointe à l'article).

Le pétrole reste rare mais les huiles et gaz d’hydrocarbures représenteraient un énorme gisement exploitable au risque de l’environnement si le prix mondial du baril dépassait les cent dollars.

C'est la rupture d'une tendance historique de plus d'un siècle : en 2008, la forêt a cessé de gagner du terrain en France, après une progression continue pendant plus de cent cinquante ans. Ce tournant majeur dans l'occupation du territoire a été observé par les statisticiens du ministère de l'agriculture, dont l'enquête Teruti sur l'utilisation du territoire a été publiée fin 2009 (Agreste, Chiffres et données, n° 208). Menée chaque année depuis les années 1960, l'enquête observe l'occupation des terrains sur plus de 300 000 points du territoire. En 2008, il est apparu que les sols boisés reculaient (16,946 millions d'hectares) par rapport au relevé précédent (16,974).

Lire la suite ...

Réagissez à cet article Réagissez (17) Recommandez cet article Recommandez Classez cet article Classez Imprimez cet article Imprimez Envoyez cet article par e-mail Envoyez PartagezPartagez

C'est la rupture d'une tendance historique de plus d'un siècle : en 2008, la forêt a cessé de gagner du terrain en France, après une progression continue pendant plus de cent cinquante ans. Ce tournant majeur dans l'occupation du territoire a été observé par les statisticiens du ministère de l'agriculture, dont l'enquête Teruti sur l'utilisation du territoire a été publiée fin 2009 (Agreste, Chiffres et données, n° 208). Menée chaque année depuis les années 1960, l'enquête observe l'occupation des terrains sur plus de 300 000 points du territoire. En 2008, il est apparu que les sols boisés reculaient (16,946 millions d'hectares) par rapport au relevé précédent (16,974).

parking_solaire_velos_TokyoL'arrondissement de Setagaya (Tokyo) a installé un deuxième parking solaire à vélos près de la gare de Sakurashinmachi. Un premier parking avait en effet déjà été construit près de la gare de Sakura Josui. Chacun des deux abrite 40 vélos d'un type particulier, en location pour 300 yens (2,4 euros) la journée.

Les vélos sont des Eneloop Bikes CY-SPA226 commercialisés par Sanyo. Ils sont équipés d'un moteur électrique qui assiste le cycliste dans son effort. Le moteur est alimenté par une batterie Li-ion d'une capacité de 150 Wh qui assure au vélo une autonomie comprise entre 57 et 100 km suivant les modes de fonctionnement. Un système de freinage dynamique permet de convertir l'énergie cinétique en énergie électrique qui est alors stockée dans les accumulateurs.

Les modules photovoltaïques, fournis par Sanyo, sont destinés à la charge des batteries des vélos. Chaque parking est ainsi équipé de 36 panneaux HIP-210NKH5 qui recouvrent une superficie de 46 m2. Ces derniers sont constitués de cellules HIT [1] et présentent un rendement de conversion de 16,4% (18,9% pour les cellules). D'une puissance de 210 W (7 560 W au total), ils sont connectés à deux boîtiers composés chacun de 3 unités de 312 batteries Li-ion de type 18650 [2]. La capacité totale de stockage est de 9 678 kWh. Ces batteries assurent la charge de celles des vélos. Elles ont une autonomie de deux à trois jours en cas de mauvais temps qui empêcherait les panneaux solaires de produire de l'électricité. Les bornes de charge sont toutefois connectées au réseau de distribution d'électricité en cas de mauvais temps prolongé.

Lire la suite ...

Le 21 janvier 2009, la DGAC a présenté les cartes jointes (PDF).

Avec le même trafic que précédemment il est difficile d'avoir moins de nuisances elles sont simplement déplacées....et il en sera toujours ainsi, si on ne prend pas le problème différemment à savoir sur TLN : MOINS DE TRAFIC avec moins d'avions moins bruyants ! et à cours terme plus de circuits sur des milieux urbains

Chateaufort est à bout de nerf.... cette commune est prise plus que jamais en tenaille.